LIVE REPORT : the GazettE le 26 décembre 2010 au Tokyo Dome (Tokyo)

RSS
Condividi

Gen 15 2011, 17:29

Dim. 26 déc. – TOUR 10 NAMELESS LIBERTY SIX BULLETS TOUR FINAL 「THE NAMELESS LIBERTY」

the GazettE - TOUR10 : NAMELESS LIBERTY SIX BULLETS 02
TOKYO DOME


the GazettE impressionne et fait rêver le Tokyo Dome !


Pour le final de la seconde partie de la tournée NAMELESS LIBERTY SIX BULLETS, the GazettE ce produisait au Tokyo Dome ce 26 décembre dernier. Un show particulier désigné comme immanquable. Une grande première pour ce groupe qui fait tant parler de lui sur la scène Visual Kei. Un concert attendu par de nombreux fans du monde entier, si bien qu'une loterie avait été spécialement ouverte pour que les étrangers puissent s'inviter à la soirée. Peu de temps avant l'heure H, la foule venue assister au spectacle tourne autour du Tokyo Dome, le temps de passer au stand de goodies. Le coup d'envoi du final peut s'avérer long le temps que les personnes venus assister au spectacle prennent place à l'intérieur du Tokyo Dome. Car même si le sold out n'a finalement pas été atteint, les fans japonais et étrangers sont très nombreux !

18h passé, le Tokyo Dome plonge dans l'obscurité. Une musique étrange et intrigante accompagne une courte vidéo diffusée sur l'écran géant central où un étrange corbeau fait son apparition. Démarre ensuite une autre musique, plus techno et plus dynamique, accompagnée par des jeux de lumières qui en mettent déjà pleins la vue jusqu'à ce que des rayons d'un vert flashant dessinent une espèce de cage. C'est sous ce rythme dansant et électrique que Kai, Uruha, Reita, Aoi et Ruki entrent en piste. Le décor vire alors au rouge flamboyant lorsque le groupe décide d'entamer la danse avec RED.

Un démarrage fracassant pour le public qui plonge déjà dans l'ambiance. Le para para et les petites chorégraphies, mais aussi le headbangue, s'invitent à la musique. Tout en parfaite synchronisation. Des géants jets de lumière rouges rythmés illustrent la beauté du spectacle qui est en train de se produire. C'est ensuite AGONY qui prend le relais. Cette dernière fait sauter toute la salle pendant le refrain. Le groupe enchaîne avec Hyena où le début retentis avec des feux d'artifices explosifs ! L'ambiance monte en puissance. Et elle n'est pas prête de diminuer avec Akai One Piece ! Les fans se laissent porter par la musique et sortent des rangées de sièges pour aller danser dans les allées. Le groupe se montre aussi au meilleur de sa forme. Ruki, l'imposant chanteur, met toute sa puissance dans son chant et dans ses cris tantôt aigus, tantôt graves. Aoi, Uruha et Reita jouent entre eux et avec le public en s'approchant du bord de la scène, dégageant une aura saisissante à chaque note de jouée. Kai, l'énergique batteur, tape tel un fou sur sa batterie en headbanguant.

Après avoir joué Psychedelic Heroine, Ruki adresse quelques mots avant d'annoncer la chanson suivante : SHIVER, la dernière en date. La soirée se poursuit avec des titres en partie tirés de DIM, le dernier album du groupe. C'est alors que l'on s'enfonce dans une ambiance plus calme. Le public reste figé devant les morceaux doux, apaisants et tristes du quintette qui s'enchaînent. Bien que ce soit les rares du live, il est un peu décevant de les retrouver à la suite et non répartie du la longueur du set. Mais the GazettE trouve malgré tout le moyen d'étonner les rares insatisfaits. Dans ce lot de balades est jouée Bath Room, introduite par le son de l'écoulement du sang illustrée par une vidéo. Puis DIM Scene qui restera certainement le passage le plus intense et le plus magnifique du live ! Au début de celle-ci, Ruki pointe du doigt le fond de la salle. A ce moment-là, tout le monde se retourne pour découvrir une lumière blanche aveuglante s'étirer sur la largeur du Tokyo Dome, alors que le solo au violon résonne. Sa présence offre alors un autre aspect à la froideur et à la lourdeur de cette chanson. Cette lumière reste présente tout le long du morceaux. C'est pendant les dernières notes, sous les doux "La, la, la" de Ruki qu'elle commence à disparaître pour laisser la salle dans le noir total. Ce climat lourd et pesant laisse les fans sans voix qui se contentent d'applaudir fièrement à la fin de chaque chanson.

Le groupe repart dans une ambiance plus endiablée avec HEADACHE MAN, où chaque personne quitte à nouveau son siège pour retourner danser, sauter et headbanguer dans les allées. VERMIN et HESITATING MEANS DEATH suivent en plus de quelques mini-discours où Ruki demande au public de se lâcher encore plus tout comme le groupe le fait. Le chanteur va jusqu'à se balader sur les plates formes situées près de chaque côté de la scène où il exprime sa joie d'être là ce soir. Le live bat son plein. La tension est à son apogée. Avec DISCHARGE notamment où the GazettE et son public headbangue d'avant en arrière. Puis, les premières notes du titre qui marquera aussi cette splendide soirée retentissent : Filth in the beauty ! Ce morceau envoie direct le Tokyo Dome entier en Enfer ! Une chaleur étouffante règne quand des flammes jaillissent de la scène à plusieurs reprises et quand Ruki se met à hurler comme un damné ! Les fans sont possédés, en transe. C'est presque déplaisant que la chanson se termine si vite !

the GazettE quitte alors une première fois la scène. La plupart des fans sont encore debout, à crier et à rappeler le groupe. Comme tout rappel d'un live de the GazettE, c'est d'abord Kai et Reita qui reviennent en premier. Reita, avec sa grosse voix, invite le public à se lever une nouvelle fois. Batteur et bassiste entament alors le traditionnel Ride with the ROCKERS. Reita, une partie du visage cachée par un bandana, pousse des "Hey ! Hey ! Hey !" en levant le poing, geste que les fans répètent avec ferveur. Après ce solo, les trois autres membres reviennent à leur tour. Le rappel est aussi détonnant et impressionnant que le reste du concert ! Avec entre autres Ruder, où tout le monde saute et forme un cercle en se tenant par la main pour headbanguer, Kanto dogeza kumiai qui met tout le monde à quatre pattes pour headbanguer encore ! C'est bien le public du Tour09 - DIM Scene que l'on retrouve ce soir, un public fidèle, fou, et au summum de son énergie ! the GazettE termine par LINDA 〜candydive Pinkyheaven〜 où tout le monde frappe en rythme dans ses mains. Splendide, mémorable... Quel rappel ! Mais malheureusement, le groupe se retire à nouveau sur ces dernières notes.

Cependant, le concert n'est pas encore terminé. Place à la partie "émotion". Le groupe une fois revenu sur scène, Ruki délivre un premier discours rempli de remerciements avant d'entammer la magnifique Kare Uta. S'ensuit un nouveau discours, plus long cette fois, où le chanteur évoque le chemin parcouru par le groupe depuis ses débuts. Il remercie encore une fois le public, les fans qui les ont soutenus et grâce à qui ils ont eu l'opportunité de pouvoir jouer au Tokyo Dome ce soir. Il souligne bien le fait que c'est grâce aux fans que le groupe a pu se "construire" et devenir celui qu'il est aujourd'hui. La beauté de ses mots laissent déjà couler quelques larmes sur plusieurs visages. Ce long monologue amène la chanson qui sera la dernière : Miseinen, où tout le monde se joint à la danse une ultime fois et où des cotillons explosent et tombent. Le concert termine sous une vague de cris et d'applaudissements. Ruki ajoute encore quelques mots envahis d'émotions. De nombreux fans commencent alors à pleurer. Kai et Reita fondent en larmes à leur tour, suivis par leurs compères. On peut lire sur leurs visages qu'ils sont heureux et que ce concert était important à leurs yeux. Qu'un rêve qui semblait encore lointain il y a quelques années s'est réalisé. Ils restent un long moment à admirer la foule du Tokyo Dome émue et conquise. Puis ils se prennent tous les cinq par la main en invitant la foule à faire de même pour sauter tous en même temps. Enfin, the GazettE quitte pour de bond la scène en faisant un dernier signe pour remercier encore son public.

On ne peut pas rester indifférent face à un live d'une telle ampleur. Il est même difficile de décrire parfaitement le spectacle, tant l'émotion était forte, la prestation étonnante et le décor impressionnant. the GazettE a franchi une étape de plus dans sa carrière. Ils méritent toute reconnaissance et peuvent être maintenant classés parmi les "grands". Ce show au Tokyo Dome restera l'un des plus marquant et inoubliable. Et c'est avec grande impatience que nous attendons le DVD pour pouvoir revivre ce concert grandiose !
Commenti accettati

Commenti

Aggiungi un commento. Accedi a Last.fm o registrati (è gratuito).